La violence d’un baiser qui n’est pas partagé

Il raisonne, aigu comme une chope vide qui vous a pourtant enivré de son plus bon cépage,

il est creux

Il est creux et l’on tombe, sans toucher le fond, juste dans l’attente d’une autre impression,

Qui viendrait réveiller un corps inconscient, et rendre un peu de vie sur un désert sans vent

Il est rasoir, et coupe tout espoir d’un destin attendu,

Te fais cracher toute tes baves que tu n’aurais pu sécréter,

Tu laisses une demeure comme hantée, et tu pleures

Effondrement du diable qui craque et qui susurre que tu es une merde,

Tu ne te rebâtiras pas

Seulement sur une autre terre, et germer,

A la fertilité fortuite d’un endroit que tu n’auras pas choisi,

Tu te seras trouvé

Sam Lebrave

Author Sam Lebrave

More posts by Sam Lebrave

Leave a Reply