Et si tu ne finis pas, laisse moi un bout
De planche, de chanvre, ou même de croupe
Là où rien ne se hante et moisit dans le pourpre
Là où rien ne se dément dans les allégories de nos doutes

Les encres de salive sont anoblies de chair en goût
C’est tomber dans le trou béant que te propose la terre
Sur une lagune dans le trésor d’un corsaire
Ou de l’enfant roi élevé au sein de la meute de loup

Chante, danse, pleure, indiffère
Question de souk dans les plaies, en lettres parsemées et en tourbes
Que les mines joyeuses écrivent, espèrent
Et dessinent de miel imbriqué dans les vers l’oasis de tes courbes


Les lendemains se terminent loin du pari et de sa déroute, en quête d’horizon et de fer, de chaîne de pitié tout au long des fouets. Une bannière sous ses pieds à l’aube de ses rêves et aux passés de ses proses.

Sam Lebrave

Illustration: Pixabay

Author Sam Lebrave

More posts by Sam Lebrave

Leave a Reply