Miroir, miroir, que nous est-il arrivé?!

Toi qui étais l’allié de mes belles années, tu sembles avoir décidé de me renier. Il est vrai que le temps a passé, c’est un fait, et a pesé sur mes traits qui furent jadis mes beaux attraits. Mais pourquoi m’accabler? Cet affable reflet me fait chaque jour plus d’effet.

A l’instar de quelques stars ou de Dorian Gray chaque aube passée place avec force une trace sur ma face qui jamais ne veut s’effacer. D’épatantes pattes d’oie et d’autres ridules ridicules s’accumulent et m’acculent à accepter le temps qui veut les façonner.

Mon corps, je le connais par coeur et, même s’il a parfois été en désaccord majeur avec mon coeur, ils sont liés par la peur; Celle de vieillir, joliment appelée mûrir (faute d’oser dire mourir). Cette peur tu la nourris, lui donnes la becquée dans un but alambiqué qui, chaque jour, me donne plus de difficulté à te regarder me regarder.

Toi tu es là, posé, toujours prêt à juger et jauger les disgracieuses nouveautés… Tant de pouvoir à pourvoir pour un pauvre objet!

On était amis quand jadis tu me flattais. Tu me reflétais alors ce que j’étais: jeune ingénue aux trait tirés. Nous sommes depuis devenus ennemis jurés.

Miroir, est-ce qu’un jour j’arriverai sereine à enterrer ces jeunes années acceptant que même les roses fanées peuvent être d’une grande beauté sans plus demander sans cesse à être arrosées? En ce jour de jubilé nous pourrons enfin envisager de nous réconcilier.

Mélodie

Author Melodie

Dans Un monde ou le pipeau est couramment parlé, c’est une Melodie désenchantée qui vient ici se représenter. Vous trouverez quelques épisodes choisis du livret de sa vie: de l’ivresse à l’ivraie, sans entracte mais livré non sans trac. Certaines allitérations lui vaudront bien des altercations, veuillez donc rajouter quelques altérations: des bémols aux mots parfois rebelles qui ne feront peut être pas une Melodie du bonheur mais proposeront une prosodie à toute heure!

More posts by Melodie

Leave a Reply