Ce matin, il est parti. Il a tout quitté, tout plaqué, pour enfin se planquer. Il a disparu avec éclat : il a foutu le feu.

Cette putain de vie croyait qu’elle pouvait le consumer, lentement et inexorablement, du bout de ses doigts blancs. Elle brûlait avec minutie chacune de ses heures, à chaque minute, elle s’appliquait à sa tâche. C’est ainsi qu’elle s’accomplie, la vie!

Mais cette fois-ci, c’est lui qui l’a prise de court. Il s’est d’un coup retourné, et la flamme était dans sa rage plus violente que dans l’ouvrage de la vie. Elle n’a rien vu venir… Il a craqué toutes ses allumettes d’un coup, et dans leur explosion de souffre, elles ont délayé en fumées épaisses les amertumes de ses désirs.

« Rien à foutre ! », s’est-il exclamé en s’éloignant du désert flambant qui s’étendait maintenant derrière lui. Sans un regard de compassion pour les entrailles brûlantes de sa vie d’avant, il est parti. Il a tout quitté, tout plaqué. Tout a brûlé…Il est crâmé.

Ailleurs, il embrasera encore son ailleurs.

Tout sera détruit en un immense bûcher, qui peut-être deviendra enfin le feu de sa joie.

Valériane Des Voiles

Author Valériane Des Voiles

More posts by Valériane Des Voiles

Join the discussion One Comment

  • Romain dit :

    On a tous eu un jour l’allumette entre les doigts avec la tentation de la craquer.
    Le faire ou ne pas le faire? Courage ou lâcheté? Faire table rase du passé pour quel futur?
    Accepter de ne plus rien contrôler… L’incertitude du lendemain.
    Flippant. Frustrant. Excitant.

Leave a Reply