Une ruelle, car ce n’était qu’une ruelle, un clap de fin, une querelle. Le meilleur de mes ennemis était là à m’attendre. Loin d’être la vache au milieu du couloir, ni cet être sacré qui m’aurait sorti du traquenard. C’était toi, ce n’était rien.

Ne regrettant pas mes pas j’ai arpenté à découvert et osé. Remué les putrides peaux de l’archange, tâter l’éphémère, de la poudre blanche à devenir accroc. Accrocher son cœur au porte manteau, le suspendre. Le regarder, voir l’oublier pour mieux se méprendre. Reluquer vicieusement ailleurs pour ne pas l’écouter, sans se faire peur on arrive toujours à se crucifier.

D’un souffle, rendre la vie et la plume. J’ai respiré cet air pur de bonté, à bander la bête et empoigner le fer, je me suis évadé. Rêve aux mille étoiles à la main, j’ai touché. Épris des coups de craies, des lianes de velours et d’encre passionnée, jusqu’à louer le contour des mots.

Clap de fin, pour une faim, un besoin, retrouver la granularité. N’aies pas de regret. La douleur au ventre est celle de l’au revoir qui pense à l’incertain, aux retrouvailles, à chercher de l’optimisme dans le néant et partir.

Sam Lebrave

Cadeau le clip des Casseurs Flowters « Inachevé »

Author Sam Lebrave

More posts by Sam Lebrave

Leave a Reply