Au grès du temps, au grès du stress

Au grès des gouttes d’eau et des murs qui se rapprochent sans cesse

Attrape moi! La tête, le cœur et compresse

Chaque frontière de mon corps jusqu’à ce qu’il ne soit plus mien

Et sans lâcher transperce…

Une douleur continue, un siffle aigu

Agresse la moindre contrée encore en paix

Étend ton drapeau sans conteste

Désert, ne comptes plus tes jours de soleil

A petit feu, brûle…

Sam Lebrave

Author Sam Lebrave

More posts by Sam Lebrave

Leave a Reply