Vous me manquez,

 

Et je gratterai ma peau de mes doigts sans ongle

Adéquation du temps et des têtes, des fêtes et des vestes, des gestes et des arrêts sur images

Objectifs non atteints, à démanger de voir, toucher, user mes mains

Taper du pied pour ébruiter les desseins

Et que ça porte, en échos de désirés

Comme des chiffons écrits sur le papier

des signatures pour une empreinte

 

Comme on ne change rien on entasse, les idées, les retours d’expériences, le malsain et les attrape rêves, les marécages dorés, je boufferai ces moustiques jusqu’à savourer le nectar. On attend un instant déjà passé sans outrage aux vérités, une constante dans un monde étiré, déchiqueté de nos présences, je serai là. L’amour en quai de gare et en train lancé, pratique du grand écart, de la photo à pleine vitesse, la recherche du sacré. Des images dans un wagon de mots et de verres, et planque l’amer sur les rails pour faire saigner en offrande.

 

Une prière de condamné,

 

Que ce ne soit pas la dernière pierre, dernier coup de pioche ou dernière volonté

Une dernière fois d’alcoolique

Pour qu’on puisse dès ce lendemain

Passer du temps ensemble, se voir, se toucher

 

Sam Lebrave

 

Author Sam Lebrave

More posts by Sam Lebrave

Join the discussion One Comment

Leave a Reply