100% calories:

Comme tous les matins depuis 10 ans, Magali, conseillère Pôle emploi, se gare à 8 heures pétantes sur le parking de son agence. Elle sort nerveusement une cigarette, saisit le briquet sur le siège passager. Ses mains tremblent à l’idée de la journée éprouvante qui l’attend. 200 dossiers en attente, 90 kilos de paperasse qui s’entassent dans les armoires, 70 collègues hystériques, épuisés par une administration incompétente et des demandeurs d’emploi ravagés par l’exclusion. Oui, Magali est cassée, broyée par une machine infernale dont elle ne sait plus à quoi elle sert, ni qui elle sert. Alors pour tenir, elle se gave de chocolatines et de frites, réconfort bien maigre face à l’absurdité de la situation.
Elle se souvient de son premier entretien avec le directeur de service, un de ces petits merdeux de 27 ans qui croit tout connaître de la vie, sous prétexte d’études brillantes et de relations prestigieuses. Elle se souvient de la deuxième fois, où les mots « performance » et « objectifs »ont été prononcés. Elle se souvient de la dernière fois, où l’expression « dénonciation pour insuffisance d’actes positifs et répétés dans la recherche d’un emploi » a été évoquée. Magali cherche fébrilement une deuxième cigarette.
Et hop, 27 calories en moins.. Elle a bien essayé d’arrêter mais ses hanches ont trinquées. Alors elle préfère bousiller ses poumons mais tenter de préserver une silhouette irréprochable. Un peu comme Pôle emploi en fait… Une institution parfaite dans un monde imparfait…Un phare dans les ténèbres de la précarité, le slogan proposé lors de la dernière réunion d’équipe…La voix aiguë du chanteur de Led Zeppelin s’élève du poste radio vintage de la bagnole, signal du départ. Elle attrape son sac, inspire une ultime bouffée de clope et prend son courage à deux mains. Elle en aura bien besoin...

100% en manque:

8h30: Magali est en pleine discussion avec l’assistant technicien. Comme tous les mercredis matins, l’ordinateur a planté au démarrage. Et elle a un rendez-vous dans moins de 15 minutes. Sur sa gauche, elle entend sa collègue Mireille, 30 ans d’expérience, déblatérer au téléphone sur ces chômeurs fainéants, ces blacks qui ne sont jamais contents, ces pédés qui font des choses contre nature. Elle n’aime pas grand monde, Mireille… Sur sa droite, Jean-Pierre, fringuant nouveau venu dans la grande famille des anges de l’emploi, réalise un entretien de synthèse avec une jeune femme maigre et échevelée. Il l’interroge sur ses motivations, ses inspirations. Comme si cela lui importait vraiment…
Magali soupire. Quand était-ce déjà la dernière fois? La dernière fois que son responsable hiérarchique lui avait posé ce genre de question? La dernière fois qu’elle avait senti un peu de considération? Sûrement pas lors de son entretien annuel d’activité…
– Et voilà Mag, c’est reparti pour un tour!
Manuel lui adresse un sourire resplendissant. Il avait toujours eu un petit faible pour elle. Elle avait trouvé ça mignon, un temps. Mais elle s’était vite lassée.
Bureaucratie, championne du monde du fossoiement des âmes éprises…
Avec Manuel, le malus 100% était arrivé avant même le commencement d’un début de preuve.
Un message apparaît sur l’écran du PC: « Votre rendez-vous de 8h45 est arrivé ».
Génial, elle n’ a même pas eu le temps de s’enfiler un croissant.

A suivre…

Green Fairy

NB: Ceci est une fiction.

 

Author Green Fairy

More posts by Green Fairy

Join the discussion One Comment

  • Hélène dit :

    J’adore!! Merci Green Fairy pour ce texte juste, si réaliste et si triste. Tu décris si bien les ressentis de Magali que j’en suis presque malade. On y est vraiment..et on ne s’y sent pas bien.. Hâte de découvrir les chapitres suivants..

Leave a Reply