Le son des Bandes originales qui sauvent les noyés des histoires perdues d’avance, mal montées, mal jouées. La musique est là et ce que je reçois dans les oreilles m’explose le cœur et m’arrache la gueule… « Talk to me »

Comme l’éclair dans l’océan de la complaisance, est placé le coup de génie alors que le face à face vire à la raclée. Et dans un duel inégal du film et du son, on aurait bien voulu qu’il gagne, du coup…. Je ne retiens pas la défaite, seulement le point qui fit tout trembler, des balles aux filets, des gradins aux artères. « Please Talk, it’s me. Talk to me »

Comme un fait exprès pour mieux construire le château de soie, les amateurs, les seconds rôles dament le pion aux acteurs. Les partitions prennent mes tripes alors que les dialogues crèvent le spleen. Qu’importe la comédie, et qu’importe la happy end, ou qu’ils clapsent tous, mon histoire a pris le pas sur ce que je vois, et le son tisse. Des perles distillées à mon front, sueur d’amour pour les yeux trempés de buée, ne cherche pas à essuyer l’émotion, ne jamais l’oublier. « Talk to me »

Petite araignée câle toi au fond de mon lit et n’attend pas que je dorme pour venir me piquer de tes rêves, de mes fantasmes et des paupières qui ne veulent plus se fermer, comme vouloir retenir une idée, à l’envie d’écrire sur l’égratignure croyant que cela va l’apaiser… « Please Talk, it’s me. Talk to me »

A ces films qui en ont semés d’autres dans la tête des spectateurs, comme quand on atteint une cible qu’on a jamais croisé du regard. Nos histoires ont leurs raisons que la visée ne connait point.

Sam Lebrave

Illustration… et vidéos ci dessous qui ne laissent plus de place au doute quant à l’inspiration

Author Sam Lebrave

More posts by Sam Lebrave

Join the discussion One Comment

Leave a Reply