L’interview du jour est un peu particulière. Le jeune auteur du roman « Là où l’ombre de la montagne s’étend » est mon cousin. Et alors me direz-vous? Et alors: nous vivons loin, nous ne nous voyons pas souvent, et alors que nous ne partageons pas nos confidences, je découvre qu’il écrit. Qu’il écrit au point de publier son roman. Qu’il écrit aussi des poèmes. Et que nous n’en avions jamais parlé. La chose est faite à présent. 

VDV: – Ce qui m’intéresse surtout c’est la manière dont tu as écrit. Pourrais tu dire quelques mots de la façon dont l’envie est venue d’écrire? D’ailleurs était-ce une envie ou un besoin? Comment as tu « senti » qu’il y a avait une histoire à raconter?

SB: -« Je ne pense pas avoir eu ni l’envie ni le besoin d’écrire. C’est une évidence qui m’a sauté aux yeux. Je discutais avec une amie et on a commencé à imaginer des phrases basées sur des créatures mythologiques ou religieuses jusqu’au moment où j’ai plus ou moins dit « là où l’ombre de la montagne s’étend ». Et là j’ai eu un déclic, pourquoi se limiter à un titre quand on a la capacité d’écrire et je me suis lancé.
Pour nuancer ma réponse, il y avait également une part d’envie ; l’envie de se plonger dans une activité et aller jusqu’au bout, un désir d’accomplissement. »

VDV: – As-tu choisi le sujet ou bien s’est-il imposé à toi? Aurais tu pu écrire n’importe quelle histoire?

SB: – « Le sujet global est donc venu subitement dans la conversation, mais j’ai passé plusieurs jours à le préciser et enfin visualiser ce que serait mon histoire. Je pense que j’aurais pu écrire une autre histoire, à la base j’écris plutôt des poèmes et en ce moment j’écris un roman post-apocalyptique. Avec de l’imagination et du vocabulaire on peut vite construire un monde !

VDV: – Quel sens a pour toi la publication? Je veux dire: rendre un texte public, l’exposer aux yeux des autres n’est pas toujours une évidence …est ce que cela faisait dès le début partie de ton projet ou bien est ce venu ensuite? As tu peur du regard que porteront les lecteurs ou bien au contraire as tu hâte de découvrir comment ton roman sera reçu?

SB: -« A la base, le roman était surtout pour moi et pour mon amie avec qui on discutait de fictions et titres poétiques. Puis d’autres amis ont souhaité lire ce que j’écrivais. Leur retour était positif et plusieurs fois, on me demandait pourquoi je n’essayais de me faire publier. J’ai fini par me lancer et j’ai eu le plaisir de recevoir des réponses positives d’éditeurs. A ce stade je suis déjà heureux du chemin parcouru, alors bien sûr j’aimerais que le livre plaise mais en être arrivé là est formidable. »

Pour en savoir plus, voici la quatrième de couverture du livre de Sébastien! Avis aux curieux…et n’hésitez pas à nous faire part de vos impressions^^

Valériane Des Voiles

blog littéraire interview

Author Valériane Des Voiles

More posts by Valériane Des Voiles

Leave a Reply