En ce jour d’élections (mais n’y a-t-il pas chaque jour une élection quelque part et une aube nouvelle?), l’actu ne pouvait que tourner son regard grave et profond sur le bulletin de vote. Longtemps, des hommes de bien ont cru que ce bout de papier était un symbole de liberté. Longtemps, ils ont cru que, plus qu’un symbole,  le bulletin de vote était un acte. Ce carré blanc était un choix, que l’on était libre d’ailleurs de ne pas faire. Ce carré blanc était un espoir, qui pouvait faire vivre la démocratie.

Mais à présent, on sait que le bulletin de vote n’est rien de tout cela. Ce que l’on a plus de mal à savoir, en revanche, c’est ce qu’il est. Puisqu’il existe, qu’il excite les foules, puisque certains lui font confiance, et lui donne de l’importance, il faut bien qu’il soit quelque chose. Menons donc l’enquête, pour lever le voile sur ce mystère contemporain, en examinant les différents usages que l’on peut faire du bulletin de vote.

Utilisation n°1: Il est attesté que certaines personnes se déguisent en citoyens, et jouent ensemble à un jeu dont plusieurs ethnologues n’ont pas encore compris l’exacte signification sociale: ces personnes se mettent en file indienne, et jettent l’une après l’autre les bulletins de vote dans une urne transparente. Elles n’ont pas l’air de particulièrement s’amuser. Le soir, les gagnants boivent pour fêter ça. Les perdants boivent aussi. Et c’est ainsi que le bulletin de vote rassemble la nation.

Utilisation n°2: Un autre usage du bulletin de vote est plus méconnu, voir tabou. Il consiste en une forme étrange de collection. Des individus rassemble le maximum de bulletin de vote différents, et, une fois revenus, chez eux, ils les étalent sur la table en formica de la cuisine, du bout de leur doigt un peu mélancoliques. Nul ne sait si l’un d’entre eux à finalement finit dans l’urne. Même le collectionneur, souvent, ne le sait plus.

Utilisation n°3: Plus amusante est la manière dite « périgourdine ». Elle tire son nom de la région de bonne chère d’où elle est issue. De nombreuses fines bouches utilisent les bulletins de vote pour y déposer les gésiers de canards que l’on vient de faire griller. Le papier, dont le grammage est très fin, absorbe l’excédent de graisse, sans en retirer pourtant la totalité.

Utilisation n°4: Evidemment, les amoureux des origamis auront constatés que la taille des bulletins de vote permet la réalisation de la cocotte parfaite. Certes, les couleurs de ces petits papiers ne sont pas très chatoyantes, mais les dessins formés par les noms des candidats peuvent finir par représenter, à force de pliages, un motif abstrait et minimaliste très agréable à l’œil.

Utilisation n°5: Enfin, une pratique, selon toute apparence bien plus réjouissante que toutes les autres réunies, consiste à humidifier les bulletins de vote pour les coller sur les visages des journalistes télé qui annonçaient ce matin la victoire de D. Trump aux présidentielles américaines, en la justifiant par l’intervention médiumnique d’un paresseux vietnamien, qui se serait dirigé vers la photo du candidat il y a quinze jours. De telles analyses politiques étant manifestement d’une finesse toute relative, il est prouvé qu’en masquant les visages de leurs émetteurs, et en leur dessinant par exemple des moustaches, on réalise mieux qu’ils sont les véritables dictateurs de notre siècle.

Sur ces brèves illustrations de bon usage d’un bulletin de vote, l’actu s’achève, mais renaîtra demain.

Valériane Des Voiles

Author Valériane Des Voiles

More posts by Valériane Des Voiles

Join the discussion 2 Comments

  • Romain dit :

    Il est à noter une sixième utilisation de ces bulletins de vote assez largement répandue. Plus grivoise, elle déclenche souvent des torrents d’hilarité lors des soirées du tout Paris.
    Les petits papiers en question peuvent être déposés de manière fortuite dans des toilettes pour y faire office de réceptacle à …(pas besoin d’un grand effort d’imagination pour compléter cette phrase). Il est d’ailleurs amusant de constater que ces petits papiers ne sont pas tous fabriqués dans les même matériaux. Il semblerait en effet que certains aient de meilleurs vertus hypoallergéniques que d’autres. Plus le nom du candidat inscrit sur le petit papier est à droite sur l’échiquier politique, plus il semble être utilisé volontiers.

    Quoiqu’il en soit, à l’approche de cette joyeuse distribution nationale de petits rectangles blancs, je ne me suis jamais autant posé la question de ce que j’allais bien pouvoir en faire. Merci pour tous ces précieux conseils!

Leave a Reply